RENFORCEMENT DE LA POLITIQUE SOCIALE AU TRÉSOR PUBLIC: La Caisse de Retraite Complémentaire des Agents voit le jour

Les Agents du Trésor Public qui seront admis à la retraite  pourront désormais, bénéficier d’une Caisse de retraite complémentaire. Dénommée Caisse de Retraite Complémentaire des Agents du Trésor Public (CRAT), cette  Caisse a été portée sur les fonts baptismaux, le vendredi 10 mars 2017, à la suite d’une assemblée générale constitutive. 

Des délégués du personnel  des différents services se sont retrouvés depuis  le 08 mars en conclave  à NSA hôtel de Grand-Bassam  sous la présidence du Ministre de l’Économie et des Finances.  Après deux journées d’intenses travaux, les réflexions ont permis d’élaborer et d’adopter les textes portant création de la CRAT.

M. MIMBA Kocounseu Antoine, Conseiller Technique,  représentant le Ministre de l’Économie et des Finances, M. Adama KONÉ, à la cérémonie de clôture, a  félicité le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, M.  ASSAHORÉ Konan Jacques, pour «sa politique sociale à visage humain» imprimée à l’Institution. Pour lui, la CRAT, fruit du  management participatif de proximité du Directeur Général, permet  aux agents du Trésor Public de ne pas se faire des soucis au sujet de leur retraite.

Conçue  depuis 2014 par le Ministre Adama KONÉ, alors Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, la CRAT vient ainsi d’être réalisée par l’actuel Directeur Général, M. ASSAHORÉ Konan Jacques.  C’est pourquoi,  en se félicitant de la création de cette Caisse, le Directeur Général a réitéré son appel  à l’engagement de tous les agents du Trésor Public pour assurer la vitalité au bien commun qu’est la CRAT. « Le mécanisme de fonctionnement de cet instrument implique, bien sûr, la ponction d’une partie des revenus de chaque agent», a-t-il indiqué. Toutefois, la CRAT, a ajouté le Directeur Général, a pour objet d’améliorer les conditions de vie des agents admis à la retraite en leur procurant un appui financier additionnel sous forme de rente viagère ou de capital unique.

Il a également rappelé que le régime  choisi est la capitalisation, celui dans lequel les affiliés reçoivent la contrepartie exacte des cotisations ou droits capitalisés sur leur compte. « Il ne s’agira donc pas pour les uns de compenser le peu d’effort financier des autres », a-t-il précisé. Pour M. ASSAHORÉ, ces précisions doivent rassurer les uns et les autres à s’engager dans la sérénité, car, soutient-il, il est question de préparer l’avenir.

 «Notre souhait est d’aider tous les agents du Trésor Public à préparer la retraite de la meilleure manière possible. Pour ce faire, la Direction Générale se tient disposée à tenir l’ensemble de ses engagements, notamment l’appui matériel et logistique à la viabilité de la structure sans oublier la mise à disposition de la part patronale sur les cotisations des adhérents », a rassuré le Directeur Général. 

Par ailleurs, il est bon de rappeler que cette assemblée générale a aussi été marquée par l’élection des membres du Conseil d’administration et ceux du Comité de Surveillance et  de Contrôle. Ils sont élus pour un mandat de trois ans renouvelable une seule fois.  La présidence de ces deux organes est respectivement assurée par M. BÉDI Gnagne, Conseiller Technique du Directeur Général et Mme GNIONSAHÉ Marie Françoise Épse NINHI.

 

Souscrire à la revue Le Trésorier